• L' Abandon d' un Chat ..... une triste réalité

     abandon
    Voir taille réelle

    Texte horriblement poignant, mais que je me devais de publier...

    Histoire d'un Chat abandonné

    Combien de personnes autour de moi !! Aujourd’hui j'ai accompli une semaine.
    Quelle joie d’être dans ce monde!

    Mois 1:
    Tant d’affection donnée par ma maman. Je suis aux anges avec ma maman.

    Mois 2:
    Aujourd’hui ils m'ont séparé de maman. Elle était très inquiète, et avec ses yeux elle me dit adieu.
    J’espère que ma nouvelle "famille humaine" me soignera aussi bien qu’elle le faisait.

    Mois 3:
    Je grandis très vite; tout ce qu’il y a autour de moi attire ma curiosité. Il y a plusieurs enfants aussi dans la maison et pour moi ils sont comme "des frères".

    Mois 5:
    Aujourd’hui je me suis fait gronder. Ma mère s’est fâchée parce que j’ai fait "pipi" à l'intérieur de la maison; mais jamais ils ne m'avaient dit où je devais le faire. En outre je dors dans une armoire… Et je ne le supporte plus!

    Mois 6:
    Je suis un chat heureux. J'ai la chaleur d'un foyer; je me sens protégé et en sécurité.
    Je sens que ma famille humaine m’aime et me considère beaucoup.
    Lorsqu’ils sont à la table, ils me laissent manger avec eux.

    Mois 12:
    Aujourd’hui j'ai un an. Je suis un chat adulte. Mes maîtres disent que je suis plus grand que ce qu’ils avaient imaginé. Je suis sûr qu’ils sont fiers de moi!!

    Mois 13:
    Je me sens très mal aujourd’hui. "Mon frère" m’a prit ma balle. Je n’ai jamais pris ses jouets moi, j’ai donc décidé de lui reprendre. Mais mes pattes ont des griffes et je lui ai fait mal sans le vouloir. Après cela, ils m'ont enfermé. Ils disent qu'ils vont me mettre en observation et que je suis mauvais. Je ne comprends pas ce qu’il se passe.

    Mois 14:
    Plus rien n’est pareil. Ils ne me laissent plus sortir dans le jardin. Je me sens très seul, ma famille ne m’aime plus ?? Parfois ils oublient qui j'ai faim et soif.

    Mois 15:
    Aujourd’hui ils m'ont laissé sortir au jardin. Je crois que ma famille m'a pardonné et j’étais si content que je sautais de joie. En plus ils m’emmènent avec eux en promenade. Nous prenons la route et quelques minutes plus tard on s’arrête faire une pause.

    Quand ils ont ouvert la portière j’étais le premier à me précipiter dehors tellement j’étais heureux !
    Mais, je ne comprends pas pourquoi ils ont fermé la portière derrière moi et sont partis sans rien dire "attendez, attendez!" Ils ….Ils m’ont oublié !?
    J’ai courru derrière la voiture aussi vite que je pouvais. Mon angoisse grandissait au fur et à mesure qu’ils s’éloignaient. Ils m’ont bel est bien oublié !!!

    Mois 16:
    J’ai essayé en vain de retourner à maison. Je me sens seul et perdu ! En chemin je rencontre des personnes au bon coeur qui, me voyant triste, me donnent un peu a manger. Je les remercie du regard et du fond de mon âme. J’aurais bien voulu qu’ils m’adoptent mais tous ce qu’ils disent c’est "pauvre chaton qui s'est perdu".

    Mois 17:
    L'autre jour je passais près d’une école et j’ai vu beaucoup de jeunes garçons qui ressemblaient à mon "frère". Mais quand je me suis rapproché ils se sont mis à courrir après moi et à me lancer des pierres en jouant à celui qui réussirait à me toucher. Malheureusement une de ces pierres m’a atteint l’oeil et depuis je ne vois plus avec.

    Mois 18:
    Je suis très maigre; mon aspect physique a changé. Depuis que j’ai perdu mon oeil les gens me chassent de plus en plus à coups de balai lorsque je cherche seulement un petit coin d’ombre où me reposer.

    Mois 19:
    Aujourd’hui en essayant de traverser la route où passent toutes les voitures, une d’entre elles m’a roulé dessus. J’étais pourtant encore en lieu sûr dans le caniveau, mais jamais je n’oublierai le regard de satisfaction du conducteur, qui volontairement a fait un écart vers moi pour me heurter. Heureusement qu’il ne m’a pas tué, mais juste disloqué la hanche. Je ne peux presque plus marcher.

    La douleur est terrible, mes pattes postérieures ne me répondent plus et avec difficultés j'ai pu me traîner vers un peu d'herbe à coté du chemin.

    Mois 20:
    J’ai passé 10 jours sous le soleil, la pluie, le froid, sans manger.
    Je ne peux pas bouger et la douleur est insupportable. En plus je sens très mauvais et je perds mes poils. Je suis quasi inconscient.

    Mais une force étrange m’a fait ouvrir les yeux. Une douce voix : "Pauvre chaton, regardez comment ils l'ont laissé", disait elle. C’était une vieille dame accompagnée d’un monsieur en blouse blanche. Ils commencèrent à me caresser et le monsieur dit à la dame: "Je suis désolé madame ! mais ce chat et en trop mauvais état physique. Il n'a pas de remède. Le mieux serait d’atténuer ces souffrances." La gentille dame s’est mise à pleurer et acquiesça de la tête.

    J’ai juste senti la piqûre de l'injection et je me suis endormi pour toujours en me demandant pourquoi je suis né si personne ne voulait de moi.

    La solution n’est pas de jeter un chat à la rue, mais de l’éduquer. Ne convertissez pas une compagnie agréable en un problème.

    Si vous avez des soucis pour éduquer votre chat, le mieux est d’en parler avec votre vétérinaire ou un dresseur spécialisé qui vous expliquera clairement les raisons de son comportement, afin d’éviter la mauvaise compréhension.

    abandonné

    abandon c'est un crime

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    SOURCE : http://www.noschats.com/h-chats-abandonnes.html

    MERCI DE DIFFUSER AU PLUS GRAND NOMBRE...

    *** 


    16 commentaires
  • La peur du chat noir

    photo0354
     
    Aucun animal si proche de l' homme n' a cristalisé autour de lui, au fil des siècles, la crainte de l' inconnu, l' angoisse des ténèbres, la connivence avec le démon, comme l' a fait bien malgré lui le chat noir. Plus que tout autre félin domestique, celui dont la robe était couleur de nuit devint au Moyen Age, dans l' imagination populaire, le compagnon des sorcières, Satan métamorphosé en une équivoque boule de poils lançant des étincelles et sentant le soufre. Dans l' inconscient collectif, le chat noir, dont la fourrure caricaturait l' habit du prêtre, devint détenteur de pouvoirs, porteur de mauvais sorts, symbole de luxure et d' iniquité, catalyseur des peurs inavouées et des désirs inavouables.
     
    Divinité dans l' Egypte ancienne, idole vivante ramené d' Orient, le chat parvint en Europe nimbé d' une aura de mystère. Attaché aux dernières prêtresses des cultes lunaires, il était l' étranger aux origines inconnues dont la présence intense et insaisissable dérangeait le nouvel ordre établi, celui de la chrétienté qui s' imposait en Gaule. Depuis le IVe siècle, les cultes païens étaient officièlement bannis, et le concile de Tours, en 567, allait interdire aux chrétiens, sous peine d' excommunication, les sacrifices aux morts et les rites réprouvés par l' Eglise.
     
    Premières victimes de ces ordonnances, les prêtresses et divineresses, expertes dans l' art de soigner par les simples, et que l' on appela désormais sorcières.
    Leur compagnon de prédilection était naturellement le chat noir, liés au tellurisme terrestre, et dont l' aspect suscitait facilement la terreur. Comme l' écrivait en 1727 Moncrif, qui réhabilitait pour la première fois l' animal, dans son histoire des chats, " il est vrai que la couleur noire nuit beaucoup aux chats dans les espris vulgaires : elle fait sortir davantage le feu de leurs yeux ; c' est assez pour les croire au moins sorciers. "
     
    Au Moyen Age, la couleur noire est déjà en soi porteuse d' inquiétude. Elle était à l' origine associée au renouveau et à la fécondité, notament en Egypte, jusqu' au règne de Psammétique II (594-588 av. J.-C.).
    Ce souverain, voulant flétrir le souvenir des usurpateurs éthiopiens qui avaient été ses prédécesseurs, fit marteler leurs statues et lança une malédiction sur " l ' Ethiopien noir ", assimilé à Seth le mauvais.
    Cette fusion du noir et du mal fera son chemin jusqu' au Moyen Age où, dans les textes monastiques, le démon est souvent comparé à un Ethiopien ou à un " petit Noir ". N' oublions pas non plus que la plupart des déesses mères des panthéons indo-européens, de Kali à Diane, en passant par Isis, ont eu également en commun cette couleur noire. Seule l' assimilation au culte de Marie permit dès l' époque gothique la prolifération toute païenne des vierges noires dans les églises d' Occident.
     
    La grande peur de l' an mil et son cortège de troubles de tous ordres déchaînèrent l' animosité du clergé contre le chat. Le retour des croisades et les épidémies de peste noire, deux siècles plus tard, ouvrirent l' ère funeste des massacres des chats. Le pape Grégoire IX, dans la bulle Vox in rama, en 1233, évoque le diabolique chat noir qui surgit lors du sabbat en Allemagne. L' Europe entière traque l' animal. L' évêque de Coventry est accusé en 1307 d' avoir adoré un chat noir, tout comme les Templiers à la même époque, lors de leur procès. Tous les maux de la terre sont mis sur le compte du chat noir, hôte privilégié, avec le bouc, du sabbat des sorcières.
     
    " Le grand malheur du chat noir, note Jean VARTIER dans les Procès d ' animaux, est de passer aux yeux du peuple pour un initié ouvertement retranché de la communauté des non-initiés qui, le redoutant, sont prêts à le persécuter et à le détruire, à condition de pouvoir agir impunément. D' où les précautions rituelles dont s' entoure l' exécution ; choix d' une solennité en rapport avec l' apogée du cycle solaire ; choix d' un mode de persécution qui réunisse les conditions idéales de la purification. "
    C' est une des origines des feux de la Saint-Jean, où périrons tant de chats noirs. Seuls échappaient à l' holocauste les chats portant sur leur robe noire une touffe de poils blancs généralement située sur le poitrail. Ce signe d' innocence fut appelé " marque de l' ange ", ou encore " doigt de Dieu ", et il incita les tortionnaires à la miséricorde. Ce qui explique de nos jours la relative rareté de chats absolument noirs, les massacres ayant opéré une forme de sélection.
     
    L' inquiétude envers le chat noir est encore présente au XIXe siècle, sous la plume d' Edgard POE, qui en fait l' incarnation de la conscience tourmentée d' un meurtrier, dans son fameux conte. C' est curieusement à la chanson et à la poésie que l' animal doit sa réhabilitation, quand Rodolphe SALIS ouvre, à Montmartre, en 1881, un cabaret littéraire à l' enseigne du " Chat noir ". Ce bastion de l' intelligentsia parisienne ne pouvait choisir meilleur symbole que celui du chat noir pour figurer l' esprit de création venant surprendre et affoler la bourgeoisie conservatrice de la IIIe République.
     
    Ultime vengeance d' un animal inoffensif qui paya cher l' affront que lui reprochait l' Eglise : être une vivante insulte à l' agneau blanc de l' eucharistie.
    (extrait tiré du livre : "Histoire Secrète Du Chat" ) [Robert De Larroche . Jean-Michel Labat]
     
    félindra réveillée

    2 commentaires
  • A l' aube du premier chat

     

    Un campement, en plein désert, écrasé sous une fulgurante moisson d' étoiles. Le silence nocturne qui règne, je le ressent intensément, car cette scène là, j' en ai souvent rêvé.

    C' est à l' aurore de l' humanité, au coeur de l' orient. Est-ce la Perse, l' Egypte ? Je ne sais.

    Seules me reviennent en mémoire l' odeur fade, la chaleur d' étuve de l' étendue sablonneuse, et la qualité du silence, déchiré soudain par l' irruption du vent dans les frondaisons de la palmerai. Aucun fauve ne rôde, cette nuit.

    Je le sais, car mon odora, toujours aux aguets, n' éprouve pas le signal avertisseur.

    Soudain, cependant, mon poil se hérisse. Muscles tendus, tempes battantes, coeur en émoi, je sens l' approche d' un visiteur inconnu, dont les pattes foulent avec précaution le sable. Un animal, mais lequel ? Est-ce la nourriture qui l' attire, ou ma présence ? A distance raisonnable, j' entrevois le feu croisé de deux rayons verts. Un félin ! mais si petit ...

    D' une main tremblante, je lance les restes de mon repas. Mouvement de fuite, silence. Attente, lente approche. L' offrande est acceptée.

    Je m' avance, doucement, envahi de crainte et de curiosité. Je sais sa peur aussi intense que la mienne, son intérêt plus grand encore que le mien. Combien de temps faudra-t-il pour franchir les quelques mètres qui nous séparent de la première caresse ?

    Qui a apprivoisé l' autre en premier ? C' est un mystère que l' on ne peut s' empêcher de vouloir élucider. Et comme j' aurais aimé être cet homme du Néolithique voyant surgir devant lui cette fusion inouï de sauvagerie et de tendresse qu' est le chat !

    Ai-je été l' acteur de cette scène cruciale, dans une autre existence ? J' éprouve aujourd' hui le désir, non pas de retracer l' histoire du chat, ce qui a été fait à plusieurs reprises, depuis Moncrif et Champfleury, mais de partir à la découverte, avec la complicité de l' objectif de Jean-Michel LABAT, d' aspects peu connus ou franchement ignorés de la personnalité vdu chat ; tout ce qui nous intrigue dans son histoire, sa place au coeur des mythologies, en équilibre entre divinité et diableries, ses rapports avec l' homme.

    Ce qui est merveilleux, chez notre ami félis catus, c' est que l' éclaircissement de tout mystère qui l' entoure en crée souvent un autre et ne le rend jamais transparent pour autant.

    Une énigme en appelle une autre, à la manière de ces poupées gigognes toujours prêtes à nous révéler une nouvelle apparence. Sphinx je suis, et Sphinx je demeure ... Le chat a été créé, je suis certain, pour permettre à l' homme de rêver. Je le soupçonne même de connaître les limites de notre imagination, et d' agir activement sur elle, histoire de nous pousser à raconter mille et un prodiges à son sujet, qui viendront encore étoffer sa renommée. On ne la pas surnommé greffier pour rien, nom d' un petit mulot !

    Le chat, frère du poète, nous initie comme lui aux voyages en marge du quotidien et du visible. Sur ces traces, nous pouvons, félinement, nous glisser de l' autre côté des mirroirs, pour nous apercevoir, bien souvent, que le reflet de la glace nous renvoie aussi notre propre image. Connaître le chat, ne serait-ce pas mieux se connaître soit même ?

    (extrait tiré du livre : "Histoire Secrète Du Chat" ) [Robert De Larroche . Jean-Michel Labat]

    votre commentaire
  •   Le triste avenir d’un chat abandonné
     


    Un chat abandonné est vite un chat mort !
    Je ...m’adresse aux gens qui jettent leurs chats à la rue, en se disant, « y a bien quelqu’un qui va s’en occuper », ou « il ira chasser les souris ». Mais oui bien sûr, après avoir vécu en appartement pendant des mois ou des années, nourri avec des croquettes, c’est clair que le chat va se débrouiller tout seul comme un grand, il va aller au supermarché et payer ses croquettes !!!!
    Vous savez ce que c’est que de connaître la faim ? Le froid ? La maladie ? Les dangers de la rue ? Les tortionnaires ? Les voitures qui vous foncent dessus ? Mais qu’est-ce que vous croyez ? Un chat jeté à la rue a 95 % de risque de mourir dans les plus horribles souffrances.
    Avez-vous vu des chats maigres voire squelettiques essayer de fouiller les poubelles quand il y a des poubelles car maintenant avec les containers enterrés le chat n’a plus les moyens de se nourrir ?
    Savez-vous que ce chat, là, miteux, plein de plaies, de puces, sale, il y a quelques mois encore, était un chat magnifique, qu’il dormait sur un lit ou sur un canapé, qu’il avait à manger dans sa gamelle tous les jours ?
    Savez-vous que cette chatte, là, avec ses chatons, était une minette que ses maîtres n’ont pas fait stériliser et qu’ils l’ont jeté dehors parce qu’elle avait des chaleurs et dérangeait jour et nuit ! Quel avenir pour elle et ses bébés ? Quel sort leur est réservé dans la rue ou dans les jardins ?Savez-vous que ce chaton, là, fait partie d’une portée désirée, parce que « on s’est fait plaisir » et que finalement personne n’en veut et qu’on ne peut pas le garder « vous savez, on a déjà deux chats alors là les chatons ça fait trop».
    Ce chaton dans une semaine sera mort de faim, de soif, écrasé par une voiture, amusera des gosses qui lui exploseront la tête contre un mur ,ou pire encore. Je m’adresse à vous, « êtres humains » sans cœur, sans scrupule, qui les avez mis dehors, savez-vous que vous les avez condamnés à mort ? Pourquoi prendre un chat si c’est pour les abandonner au moindre problème, quand vous considérez que ça vous gêne, pour un bébé qui arrive, une soi-disant allergie, un déménagement, des vacances etc… Alors ACHETEZ UNE PELUCHE et vous épargnerez une vie, des vies…

     

    photo de chaton abandonné
     

    chaton abandonné

     


    Marie BOIGNÉ
    Présidente de CASF (Chats Angevins Sans Famille)

    des dessins, des textes, des poemes, tjs dans le but de reveiller les consciences... 

    23 commentaires
  • Mes loulous pour adoption
    Voir la galerie

    votre commentaire