• A l' aube du premier chat.....

    A l' aube du premier chat

     

    Un campement, en plein désert, écrasé sous une fulgurante moisson d' étoiles. Le silence nocturne qui règne, je le ressent intensément, car cette scène là, j' en ai souvent rêvé.

    C' est à l' aurore de l' humanité, au coeur de l' orient. Est-ce la Perse, l' Egypte ? Je ne sais.

    Seules me reviennent en mémoire l' odeur fade, la chaleur d' étuve de l' étendue sablonneuse, et la qualité du silence, déchiré soudain par l' irruption du vent dans les frondaisons de la palmerai. Aucun fauve ne rôde, cette nuit.

    Je le sais, car mon odora, toujours aux aguets, n' éprouve pas le signal avertisseur.

    Soudain, cependant, mon poil se hérisse. Muscles tendus, tempes battantes, coeur en émoi, je sens l' approche d' un visiteur inconnu, dont les pattes foulent avec précaution le sable. Un animal, mais lequel ? Est-ce la nourriture qui l' attire, ou ma présence ? A distance raisonnable, j' entrevois le feu croisé de deux rayons verts. Un félin ! mais si petit ...

    D' une main tremblante, je lance les restes de mon repas. Mouvement de fuite, silence. Attente, lente approche. L' offrande est acceptée.

    Je m' avance, doucement, envahi de crainte et de curiosité. Je sais sa peur aussi intense que la mienne, son intérêt plus grand encore que le mien. Combien de temps faudra-t-il pour franchir les quelques mètres qui nous séparent de la première caresse ?

    Qui a apprivoisé l' autre en premier ? C' est un mystère que l' on ne peut s' empêcher de vouloir élucider. Et comme j' aurais aimé être cet homme du Néolithique voyant surgir devant lui cette fusion inouï de sauvagerie et de tendresse qu' est le chat !

    Ai-je été l' acteur de cette scène cruciale, dans une autre existence ? J' éprouve aujourd' hui le désir, non pas de retracer l' histoire du chat, ce qui a été fait à plusieurs reprises, depuis Moncrif et Champfleury, mais de partir à la découverte, avec la complicité de l' objectif de Jean-Michel LABAT, d' aspects peu connus ou franchement ignorés de la personnalité vdu chat ; tout ce qui nous intrigue dans son histoire, sa place au coeur des mythologies, en équilibre entre divinité et diableries, ses rapports avec l' homme.

    Ce qui est merveilleux, chez notre ami félis catus, c' est que l' éclaircissement de tout mystère qui l' entoure en crée souvent un autre et ne le rend jamais transparent pour autant.

    Une énigme en appelle une autre, à la manière de ces poupées gigognes toujours prêtes à nous révéler une nouvelle apparence. Sphinx je suis, et Sphinx je demeure ... Le chat a été créé, je suis certain, pour permettre à l' homme de rêver. Je le soupçonne même de connaître les limites de notre imagination, et d' agir activement sur elle, histoire de nous pousser à raconter mille et un prodiges à son sujet, qui viendront encore étoffer sa renommée. On ne la pas surnommé greffier pour rien, nom d' un petit mulot !

    Le chat, frère du poète, nous initie comme lui aux voyages en marge du quotidien et du visible. Sur ces traces, nous pouvons, félinement, nous glisser de l' autre côté des mirroirs, pour nous apercevoir, bien souvent, que le reflet de la glace nous renvoie aussi notre propre image. Connaître le chat, ne serait-ce pas mieux se connaître soit même ?

    (extrait tiré du livre : "Histoire Secrète Du Chat" ) [Robert De Larroche . Jean-Michel Labat]

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :